Chat Norvégien – 3 choses à savoir sur cette race

Norvégien

Découvrez 3 choses à savoir sur le chat Norvégien. Ce félin à la beauté sauvage aurait été introduit du Moyen-Orient par les Vikings qui comptaient sur ses qualités de chasseur pour protéger la nourriture de l’attaque des rats et souris.

Suite à une sélection naturelle, seuls les spécimens les plus résistants aux rudes conditions ambiantes ont perduré.

D’où le port massif et vigoureux de ce chat à la superbe fourrure, très admiré bien au-delà de la Scandinavie.

3 choses à savoir sur la race de chat Norvégien

Caractéristiques physiques du Norvégien

C’est sa fourrure abondante qui retient en premier lieu l’attention. Composée d’une couche de sous-poils épaisse et laineuse et d’une couche de couverture imperméable, elle se décline en plusieurs couleurs et patrons, la teinte ambre étant apparue récemment.

Une collerette et une queue longue et touffue ajoutent du volume à un gabarit déjà fort impressionnant. Ajoutez à cela des yeux en amande, des oreilles hautes et larges avec parfois un plumet à leur pointe rappelant celui du lynx, le Norvégien nous charme par sa puissance et sa beauté.

chat Norvégien

Tempérament des chats Norvégiens

Son allure fière et indomptable ne l’empêche pas d’être affectueux et d’apprécier la compagnie des humains. Attachant et joueur, il s’entend très bien avec les enfants.

Ce chasseur hors pair s’adapte cependant à l’intérieur si l’on prend soin dès son jeune âge de lui fournir des activités lui donnant l’occasion de se dépenser et de grimper, avec des jouets adaptés ou un arbre à chat. De caractère sociable, le Norvégien accepte la présence d’autres animaux au sein du domicile.

Soins à apporter à votre Norvégien

Bien entendu, une telle fourrure nécessite de l’entretien, à raison d’un brossage hebdomadaire et plus pendant la mue. Il est donc utile de l’habituer très tôt à ce rituel qui se transformera rapidement en moment de plaisir et de complicité.

Le chat de race Norvégien est parfois affecté par la glycogénose de type IV, entraînant la mort de l’animal dans son jeune âge. Mais cette pathologie reste réduite à un faible pourcentage et les éleveurs s’appliquent à réduire son apparition. Le Norvégien se caractérise néanmoins par sa grande robustesse et ne présente pas de faiblesses particulières.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here