British Shorthair – 3 choses à savoir sur cette race de chat

British Shorthair

Comme son nom l’indique, le British Shorthair est originaire de Grande-Bretagne où
il apparaît pour la première fois en 1871, à l’occasion d’une exposition à Londres.

A cause des famines lors des deux guerres mondiales, la race disparaît durant un temps pour renaître grâce à de nouveaux croisements entre chats de gouttière et chats persans. En France, elle n’est reconnue qu’en 1979.

Choses à savoir sur la race de chat British Shorthair

Un chat tout rond

Le British Shorthair est reconnaissable à ses rondeurs, notamment au niveau de la tête. Il possède un nez court et de petites oreilles pointues assez espacées. Sa queue est relativement courte et finit en arrondi. Il a des poils courts, denses avec un sous-poil important.

C’est un chat de taille moyenne, au corps massif et puissant lui conférant une allure robuste. Il s’adapte aussi bien à la vie en appartement qu’en maison même s’il aime sortir et chasser.

Un compagnon idéal

Le British Shorthair est un chat calme et paisible, mais également joueur. Il s’intègre donc parfaitement dans une famille avec des enfants s’ils savent le respecter et s’amuser avec lui.

C’est l’animal idéal pour ceux qui n’en ont jamais eu. En effet, il est proche de ses maîtres, affectueux et en même temps très indépendant ce qui fait qu’il est présent sans être envahissant.

Il a néanmoins besoin de tendresse et aime que son maître soit près de lui. Très intelligent, il a de grandes capacités d’adaptation et peut cohabiter avec d’autres chiens et chats.

choses à savoir sur les British Shorthair

Un animal robuste

Il a besoin de peu de soin en dehors d’un brossage hebdomadaire à l’aide d’un peigne fin. En période de mue un brossage quotidien sera plus adapté.

Le British Shorthair a une espérance de vie de plus de 15 ans mais il faut veiller à ce qu’il ne devienne pas obèse car il est gourmand. C’est un chat de race généralement en bonne santé.

Les risques génétiques sont liés aux maladies des reins. Chez un éleveur, ces maladies spécifiques doivent être testées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here